Mexique 2017 : Road-Trip Yucatan/Campeche/Quintana Roo – Notre récit de voyage

Voilà un article qui pourrait être utile à ceux qui préparent leur voyage et qui cherchent des idées d’itinéraires dans le Yucatán enfin, la péninsule du Yucatán plus exactement, péninsule qui comprend l’Etat du même nom mais aussi celui de Campeche et de Quintana Roo.

Le MEXIQUE, ce pays est une combinaison de passion et de joie de vivre, ouvert sur le monde mais aussi secret et empreint de mysticisme. Le Mexique possède de longues plages de sable, d’anciens temples mayas et des villes les unes plus typiques que les autres sans oublier une excellente cuisine.
Le Mexique adore ses traditions tout en étant très moderne.

Accompagnez-moi dans notre escapade à travers un pays magnifique et laissez-vous tenter pour votre prochain voyage.

Notre circuit
Le Yucatan :

On y découvre une diversité et une richesse de paysages : entre plage de sable blanc et mer turquoise des Caraîbes, barrière de corail, dauphins, tortues et autres merveilles sous-marines, jungle très dense parsemée de Cénotes et de sites archéologiques majestueux, la péninsule du Yucatan nous invite au dépaysement.

Raf terminant sa 6ème primaire, il était difficile de partir hors congés scolaires voire impossible.
Nous avons fixé un 
départ le 13 août et un retour le 2 septembre 2017

Partie Farniente (ou presque) :

Akumal     Akumal Bay Beach Resort               7N 13-20 août
Circuit :

Merida           Fiesta Americana Merida            3N 20-23 août
Campeche         Socaire Hotel                      2N 23-25 août
Celestun         Xixim Eco-Hotel                    2N 25-27 août
Chichen Itza     Mayaland Hotel                     1N 27-28 août
Valladolid       Hotel Meson de Marqués             2N 28-30 août
Playa del Carmen Family Concierge La Esmeralda      2N 30 août - 1 sept

Ce que nous avons emporté dans nos valises:

*Trop de vêtements
*Un anti-moustiques super puissant au butane (mais les moustiques sont encore plus puissants)
* Crème solaire/après soleil/stick apaisant moustique
*Une grosse pharmacie de garde (anti-tout) dont nous n’avons absolument pas eu besoin grâce à Dieu !!
*Un set de snorkeling avec masque, tuba, lunettes de plongée (2), chaussures ou chaussettes de plage (utile dans les cénotes)
*3 essuies Decathlon
*Nos GSM pour les photos
*Une camera sport, anti-choc et étanche (super utile) avec un baton stick pour les selfies ou pour plonger la camera dans l’eau.
*2 guides (le Routard et le Petit Futé)
*Un carnet vide et un bic (pour nos notes voyages)
*Un pèse valise
*Une carte de la péninsule du Yucatan (étanche et indéchirable) et nous avions téléchargé l’application www.maps.me avec la carte de la péninsule du Yucatan (très pratique)
*Une housse thermique pour bouteille (très utile pour garder l’eau froide plus longtemps)
*Un mini kit de couture

Ce que nous aurions dû avoir dans nos valises :

*Des ponchos pluie (achetés sur place) : certes ils ne nous auront servi qu’1 seule fois à Uxmal, lors de la grosse pluie pendant la visite car nous avons vraiment eu un temps ensoleillé pendant tout le séjour mais ils se sont révélés bien utiles quand même pendant cette grosse heure de pluie.

*Des chapeaux pour se protéger du soleil (achetés sur place)

*Une crème pour l’après-piqure de moustique – achetée sur place – (nous avions un mini-stick apaisant mais il n’a pas suffit à nous 3)

*Un bon appareil photo pour immortaliser nos magnifiques souvenirs (un gsm ne remplacera jamais la qualité de bons appareils)

Précautions et préparation voyage :

*Passeports en ordre et valables au moins 6 mois après le retour
*Permis de conduire (pour la location de voiture)
*Pas de vaccins obligatoires mais nous avons tout de même fait le vaccin Typhus (vu le nombre de piqures de moustiques, je ne regrette pas de l’avoir fait)
*Une bonne préparation de la destination (lectures, forum, Tripadvisor, itinéraire de voyage,..)
*La réservation anticipée des hôtels : pas indispensable mais cela évite de perdre du temps à courir après une connexion internet, etc…. sachez qu’il est toujours possible d’annuler sans frais sous certaines conditions de réservation. La majorité de nos réservations ont été faites sur le site www.booking.com qui s’avérait souvent moins cher que les prix dont je pouvais bénéficier en travaillant dans le tourisme. seul hôtel où mon job m’a permis d’avoir un superbe prix (1/5 du prix Booking !!!! c’est l’hôtel à Playa pour les 2 dernières nuits que j’ai contacté directement et qui m’a donné un prix Agent de voyage).

13/8 – Jour 1 : Vol, arrivée à Cancun et transfert à Akumal

©Nella D

La veille j’avais réservé l’hôtel Sheraton Aéroport à Bruxelles (80 € pour la triple). Notre vol était prévu à 9H25, nous devions donc être à l’aéroport entre 6H30 et 7H00. C’est évidemment très pratique d’arriver la veille et de n’avoir qu’à traverser d’un trottoir à l’autre pour entrer dans l’aéroport.
7H00 du mat, nous étions au check-in où nous constatons une très longue file devant le comptoir TUI….. heureusement plusieurs check in ouverts donc 15 min plus tard nous étions débarrassés de nos gros bagages (nous avions droit à 20 kg par personne en soute) et avions prix un sac à dos en cabine (Mac, chargeurs, caméra, vouchers hôtels,…).
Nous passons la douane sans trop d’encombrement et allons petit déjeuner. Embarquement à 9H00 et décollage à 9H30, parfait !
L’avion TUI est le Dreamliner, nous étions en économy +, pour quelques euros de plus par personne (10 de mémoire), nous avions quelques centimètres de largeur en plus entre les sièges. en largeur l’avion est divisé en 3 blocs de 3 sièges, nous étions à 3 sur la partie gauche à l’aller et droite au retour. (le hublot possède un petit bouton qui permet de l’obscurcir ou au contraire le rendre plus lumineux, bien pratique pour créer une ambiance). Des leds changeants de couleur agrémentent la cabine, ce qui donne une certaine ambiance reposante. En vol long courrier j’avais déjà voyagé avec British Airways et Lufthansa et objectivement je pense que le Dreamliner en Economy+ est plus confortable. Repas standard à bord (pas d’alcool gratuit par contre). Ecrans modernes sur chaque siège avec une sélection de films, musique, séries et jeux. Possibilité de recharger son portable sur le siège.
Arrivée à 13H00 environ heure locale. Passage de la douane un peu lent, récupération des bagages ensuite aléatoirement on appuie sur un genre de buzzer (si c’est vert on passe, si c’est rouge non), nos bagages sont ouverts, évidemment nous avons eu droit au rouge donc contrôle de nos bagages. de nouveau 3 files et petite attente. Pour ceux qui s’en souviennent Greg le Millionnaire était sur la file de droite, Rina en profitera pour une petite photo souvenir.
On sort enfin de l’aéroport et on rejoint le point de rencontre pour le transfert jusqu’à Akumal.

Rina et Greg le Millionnaire
Pour info nous avions divisé notre voyage en 2 parties :


Du 13 au 20/8 7 nuits réservées avec TUI en All in SANS VOITURE

Du 20/8 au 1/9 location d'une voiture et circuit libre sur place.

1H30 de trajet (air conditionné au max) jusqu’à Akumal.
15H30 on arrive enfin à notre première étape, le magnifique hôtel AKUMAL BAY BEACH RESORT.

Surprise très agréable : nous sommes accueillis en mode “personnalisé” et avec un bon cocktail et une serviette rafraîchissante, quel plaisir !
Check-in super rapide et direction notre chambre au 3ème étage du bâtiment 4 (4210). Ce que j’aime particulièrement dans cet hôtel c’est qu’il ne fait pas haute tour… il a 3 étages + un penthouse, toutes les chambres ont vue (+/- dégagée selon l’étage) sur mer.
le All in est un vrai
All in : mini bar rempli chaque jour, cocktails à gogos, 4 restaurants à la carte et un restaurant buffet, de nombreux bars, etc….

©Nella D

Il est 16H30, direction piscine, vite vite on a besoin de soleil. A la piscine les transats sont remplacés par des lits balinais, la classe… ils sont super confortables en plus !
On se prend un grand bol de bon air, on se rafraîchit à la piscine, on se détend, les vacances commencent !!!!

21h30 nous sommes au lit, dur dur de rester debout plus longtemps après un si long vol.

14/8 – Jour 2 : Akumal Bay Beach Resort

Journée OFF, repos et farniente entre plage et piscine

15/8 – jour 3 : TULUM

On se pulvérise de répulsif mais ça ne suffit pas, ici les moustiques sont très actifs et bien décidés à nous ennuyer.

Après un bon petit déjeuner, nous partons en “Collectivos(petites camionnettes blanches qui s’arrêtent n’importe où sur la route quand on leur fait un signe de la main, très bon marché et très rapide), direction les ruines de Tulum.
Pour ceux qui craignent de se faire arnaquer ou agresser dans les colectivos, effacez cette idée négative. Evidemment renseignez-vous au préalable à l’hôtel sur le coût moyen du trajet, ensuite payez en descendant et restez à attendre votre monnaie ainsi ils comprennent que vous connaissez le prix. Nous l’avons prix 5 ou 6 fois et c’est fun de se mélanger avec des personnes qui partent travailler ou qui reviennent chez eux, des touristes, des locaux en balade. je me disais que ça serait super d’avoir çà en Belgique, ça fonctionne un peu comme un taxi mais en beaucoup moins cher.

Visite très enrichissante. Le site n’est certainement pas le plus suggestif mais il reste intéressant et très joli.

Quelques mots sur le site de Tulum :

Cité fortifiée dominant la mer, Tulum est l’ensemble archéologique le plus imposant de la côte orientale : il surplombe les Caraïbes du haut des falaises sur lesquelles il repose. Le nom préhispanique de cette cité était Zama, qui signifie aube, nom logique puisque sa situation géographique permet chaque jour d’observer le lever du soleil. Tulum, nom qui lui fut donné alors que la cité était déjà en ruines, se traduit lui par “palissade”, en référence aux trois des côtés du site qui sont entourés par des murailles, avec des tours de surveillance aux coins le côté est, lui, est ouvert sur une corniche qui domine la mer. Tulum connaît son apogée au Postclassique Tarif (à partir des années 1 200 et jusqu’à la Conquête), habitée alors par environ 8 000 habitants (dont 200 à 300 privilégiés intra-muros). La cité est représentative du style architectural maya ” côte orientale “, qui se distinguent par ses édifices de petite taille, avec des toits plats. Tulum est l’une des rares villes mayas qui étaient encore habitées à l’arrivée des Espagnols parmi elles citons les autres ports méridionaux de Xelhá et Xcaret. La visite : on pénètre sur le site par le côté ouest, où l’on tombe tout d’abord sur la Casa de Chultún. Juste en face se trouve le Palacio de los Frescos puis, en enfilade vers le nord, la Casa de las Columnas et la Casa de Halach Ulnic se font face juste après la Gran Plataforma se trouve la Casa Noreste, presque collée à la muraille. De là, vers le mer, on visite la Casa del Cenote de laquelle on accède au Templo de los Dioses Descendientes en croisant la Plataforma de los Caracoles il ouvre la voie au fameux Castillo, plus important édifice du site. La petite crique où se baigner se trouve en contre-bas, dominée par le Templo del Dios Viento.

Nous y rencontrerons notre 1er iguane mexicain

©Nella D

Je n’ai par contre pas aimé la plage de Tulum, remplie d’algues et bondée de monde, peut-être parce que je l’ai comparée avec notre plage à Akumal qui est est magnifique….. quand je regarde les photos sur le net je me dis que cela ne reflète pas ce que nous avons vu…
On décide donc de ne pas s’y baigner mais de retourner plutôt à la plage de l’hôtel.
En retournant nous passons devant des boutiques d’artisanat local, Raf se laisse tenter par un masque de guerrier.

©Nella D

Retour à l’hôtel, direction plage.
Ce soir on dinera au restaurant à la carte Péruvien, trop bon !!!

16/8 – jour 4 : XCARET

J’avais réservé les entrées un peu plus de 3 semaines à l’avance sur leur site internet, ce qui nous aura fait épargner environ 25% sur le prix sur place. https://www.xcaret.com/en/
Nous avons opté pour la formule Xcaret + qui comprend les entrées, le prêt de matériel tels que le gilet de sauvetage et les palmes et le repas du midi sous forme de buffet.
Depuis Akumal nous avons pris le Colectivos qui nous a déposé à un arrêt où un joli bus ouvert et décoré Xcaret nous a emmené à l’entrée du parc.

©Nella D

D’abord quelques mots sur ce parc :

Xcaret est un parc naturel avec plus de 40 attractions pour tous les âges, idéal pour toute la famille.Ici, vous pouvez nager dans des rivière souterraines, parcourir des sentiers au coeur de la jungle et découvrir des grottes mystérieuses. Découvrez de nouvelles couleurs dans le Mariposario (serre aux papillons) et les mystères du fond marin dans l’Aquarium de Récif corallien. Admirez de près les cerfs, jaguars, flamants roses ainsi que les oiseaux exotiques. A Xcaret, visitez de nombreux lieux comme les vestiges mayas, le musée d’Art populaire mexicain, une hacienda henequenera typique et la chapelle de Guadalupe. Vous pourrez aussi découvrir la culture mexicaine avec les danses préhispaniques, la charrería et le magnifique spectacle Xcaret México Espectacular mettant en scène plus de 300 artistes. A Xcaret Riviera Maya, vous avez le choix parmi de nombreux restaurants servant une nourriture variée. Pour votre confort, nous mettons à votre disposition des aires de repos, des vestiaires, des douches et sanitaires dans plusieurs aires du parc.

Journée magnifique!

Au programme :
– Tour en bateau dans les Mangroves
– Perroquets, flamants roses et papillons
– Village Maya
– Ruines Maya
– Aquarium avec poissons exotiques, tortues, raies géantes,…
– Parcours de 650 mètres à la nage en grottes souterraines avec gilet et palmes (TOP!)
– Buffet Maya le midi
– Cénotes pour se détendre et se rafraichir
– Spectacle Mexico Espectacular le soir

C’est un endroit vraiment merveilleux. Les oiseaux multicolores, les animaux exotiques, la propreté des lieux et le spectacle sont surprenants. On s’y promène durant toute la journée, on y mange très bien et le soir on apprécie le spectacle avec tous les costumes, les maquillages, la musique, les chants et les danses qui nous replongent dans cette culture particulière.
Nous avons pu voir le jeu de balle, la boule de feu, Quetzalcoatl, bref tout ce que nous verrons plus tard dans nos autres visites, ici mis en scène.
C’est certes très cher mais il y a tellement de choses à faire et à voir que la journée est très chargée. Il y a des activités “à suppléments” comme nager avec les dauphins ou les requins mais on peut aussi faire du snorkelling gratuit.
Pour faire les Rios (rivières souterraines), pas besoin de locker: vous laissez toutes vos affaires dans un sac qu’ils ferment à l’aide d’un cadenas et vous laissent la clé; vous récupérez ensuite le sac à l’arrivée du parcours. Garanti sans soucis ! Les parcours sont beaucoup en tunnel et dans le noir, claustrophobes s’abstenir. Il y en a pour tous les goûts, le parcours est exceptionnel.

Le soir nous sommes rentrés en Taxi jusqu’à l’hôtel.

17/8 – J5 – Détente à Akumal

Journée de Farniente pour profiter de l’hôtel, de la plage et de la piscine. En fin d’après-midi, des stands d’artisanats s’organisent autour de la piscine principale. nous y achèterons nos premiers souvenirs. Nous avons également assisté à un spectacle Maya.

18/8 – J6 – Cobà et Punta Laguna

Toujours sans voiture et à Akumal pour cette première semaine, nous avions réservé une excursion à COBA et PUNTA LAGUNA, deux endroits que nous n’avions pas repris dans notre circuit des 10 derniers jours en voiture.

Accompagné d’un très sympathique guide, Sergio, nous rejoignons donc Cobà en car.

Petite note sur le site de Cobà (reprise du net)

Cobá est un site archéologique important appartenant à la civilisation maya. Il se situe dans la péninsule du Yucatán, au Sud-Est du Mexique (État du Quintana Roo) dans le petit village de Cobá à environ 106 km de Playa del Carmen et à 42 km de Tulum.
Le temple de Nohoch Mul est l’une des pyramides les plus hautes de toute la région maya. Nohoch Mul signifie le « grand massif » en maya. Il mesure 30 mètres de haut et au sommet a été édifié postérieurement un temple, ce qui lui donne une hauteur actuelle de 42 mètres. Nohoch Mul fut construit durant le Classique ancien (200 à 600 apr. J.-C.) certainement pour célébrer le pouvoir sacré des dignitaires de Cobá et pour servir de dernière demeure aux membres de la lignée dirigeante.
De son sommet, il y a une vue époustouflante sur toute la région, on peut découvrir ici ou là d’ancien bâtiments Maya qui émergent des arbres.

On trouve la pyramide après une marche de 30 minutes dans la forêt. Et au bout de 30 minutes on ne peut qu´être émerveillé par ce bloc de pierre mesurant plus de 42 m de hauteur. Et là, des dizaines de touristes tentant de descendre et de monter les 113 petites marches de la pyramide. D’un coup, j’ai compris pourquoi maintenant il est presque interdit de monter les marches des ruines Maya. C’est en effet, une sacrée aventure. Entre ceux qui descendaient en canard, en s’allongeant, de biais ou avec l’aide d’une corde, rigolade assurée.

Rina et Raf sont montés jusqu’au sommet, moi j’ai renoncé à la moitié, pas par fatigue mais craignant de ne savoir redescendre avec mes sandalettes en observant la difficulté des filles dans le même cas.

Retour jusqu’à la sortie du parc en Tuc Tuc. un vieux monsieur nous a gentiment proposé de monter à trois, après 20 mètres nous lui avons dit que cela était trop fatiguant pour lui de prendre trois personnes, vu son âge…. mais il a dit qu’il était habitué et qu’il aimait les pourboires, on a bien compris qu’il attendait un généreux pourboire de notre part.

Après un lunch dans un restaurant local, nous continuons notre excursion vers Punta Laguna pour y visiter un village Maya et comprendre comment vivent les Mayas aujourd’hui.
Petit trekking dans la jungle où nous verrons quelques singes au sommet des arbres, une ruche d’abeilles et quelques belles espèces d’arbres et de plantes.

Pour le trekking impossible de ralentir, notre guide allait vite, très vite Nous avons ensuite visité la maison, si on peut l’appeler ainsi, de Maria Carmen, une Maya souriante et surtout courageuse. Elle préparait ses galettes de pain.
Une habitation Maya classique se compose d’une seule pièce entourée d’une zone externe où tout est entreposé. La seule pièce à vivre sert à la fois de cuisine, de salon et de chambre à coucher. Pas de vrai salle de bain non plus. Les femmes s’occupent d’élever les enfants et de subvenir aux besoins de leurs aînés (parents, grands parents et parfois même arrière grands parents) pendant que les hommes travaillent… tout est naturellement bio et basé sur un système de Troc, pas d’emprunt bien sûr. Notre guide nos a expliqué que toute la terre du Yucatan appartient encore aux Mayas, donc pas de terrain à acheter. Ils y construisent une petite habitation au toit de paille et sans revêtement au sol (terre) et au fur et à mesure qu’ils arrivent à épargner ils transforment la maison en plus solide (béton, toiture,...). Les enfants sont scolarisés, d’abord au village même, très souvent regroupés tout âge confondu dans une seule classe, ensuite ils rejoignent les plus grands villages ou les villes voisines pour le supérieur.

Cette visite m’a touché particulièrement en voyant que même si financièrement ils n’ont rien, ce peuple garde le sourire et les enfants grandissent pour la plupart dans un milieu rempli d’amour, de partage et de véritables moments de bonheur, loin de la technologie actuelle. .D’un autre côté j’ai été interpellée quand notre guide nous expliquait que les hommes épargnent d’abord pour avoir une belle voiture plutôt qu’une maison plus “robuste”….
Une bien belle journée de visites….

19/8 – J7 – Nage avec les tortues à Akumal

Moment magique pour Raf et Rina, nageurs expérimentés.
moi je ne suis pas allée assez loin pour voir des tortues, je me suis contentée d’admirer de beaux poissons.

20/8 – J8 – Izamal – MERIDA

©Nella D

Notre semaine de détente à Akumal se termine ce matin. Petite nostalgie de quitter cet hôtel parfait mais contente de pouvoir enfin commencer notre circuit à travers le VRAI Mexique.

11H30 pile Europcar nous attend à la réception, notre VW GOL (qui ressemble un peu à une Jetta pour l’Europe) est stationnée devant l’hôtel.
Nous avons réservé la voiture 2 mois avant notre départ via SUNNY CARS (www.sunnycars.com). C’est la compagnie que nous utilisons pour nos clients (je vous rappelle que je travaille dans un agence de voyages sur mesure). Pour chacun de nos voyages nous utilisons cet intermédiaire, la particularité est qu’il inclut directement toutes les assurances, toutes sans en négliger aucune. Alors oui à l’achat c’est plus cher mais sur place on évite les suppléments “obligatoires” et en cas d’accrochage, de vol, de panne,…. on est vraiment tranquilles et pas de franchise. Je recommande !!!
Pour ce cas particulier notre contact sur place était EUROPCAR, nous avions fixé dès le départ le dépôt de la voiture à l’hôtel et la restitution à l’aéroport de Cancun 12 jours plus tard.Il est temps de faire le check-out, on nous offre un thé et un petit souvenir d’Akumal. un hôtel au TOP, réellement !

12H : en route pour notre première étape : IZAMAL communément appelée la VILLE JAUNE

Charmant village colonial à 70 km de Mérida et à 90 km de Valladolid, dont les maisons sont peintes en ocre-jaune et en blanc sur la route secondaire Chichén ItzáMérida, ce qui lui vaut le surnom de “ciudad amarilla”. C’est une des raisons expliquant pourquoi ses habitants sont appelés “fils du soleil”. Fondé à la moitié du XVIème siècle, ce village fait partie des “villages magiques” et constitue le plus ancien village de la Péninsule du Yucatán. Son nom en langue maya est Itzamatul ou “rosée qui descend du ciel”. C’est un important centre commercial de la région où furent élevées sept pyramides mayas, l’une d’elles ayant servi de base aux espagnols pour la construction du couvent majestueux San Antonio de Padua. Les rues aux pavés et aux lampadaires de style colonial, propres, tranquilles, sûres et pittoresques, ainsi que son excellente gastronomie, sont une invitation à visiter Izamal. La ville devint rapidement le plus important sanctuaire marial du Yucatan. Le monastère est également réputé pour son gigantesque Atrium. A deux pâtés de maison du Zocalo se trouve la pyramide KINICH KAKMO qui mérite vraiment le détour.

Si vous aimez les villes à taille humaine, avec du cachet et un côté authentique préservé, alors Izamal vous conviendra parfaitement.
Le jaune étant ma couleur préférée, vous pouvez imaginer qu’à Izamal je me retrouve dans mon élément. La journée était chaude et ensoleillée, essayez d’imaginer les magnifiques jeux de couleurs que l’on a pu observer uniquement en se promenant à l’intérieur des ruelles et des places.
La place principale est entourée de calèches et d’artisans aux objets colorés. Les locaux sont vraiment accueillants, lors de notre petite promenade, nous avons eu la chance de passer un peu de temps avec un gentil monsieur, fier que nous visitions sa ville, si gentil avec nous, nous expliquant qu’il fait bon vivre à Izamal, Et si vous parvenez à vous débrouiller en espagnol alors on vous déroule le tapis rouge, que de compliments.

L’atrium du couvent est énorme, le deuxième apparemment après celui du Vatican, mais quelle différence, nous étions quasi seuls au milieu de cet atrium (ça change de la foule de l’atrium du Vatican). Sous le conseil d’un local, qui nous a bien expliqué le chemin, nous avons également longé les ruines et la pyramide. Hélas le site était déjà fermé mais plusieurs temples et pyramides étaient néanmoins accessibles.

21/8 – J9 – Merida

©Nella D

Notre première Halte “Circuit” est la ville de MERIDA où nous logerons 3 nuits.
Nous avons opté pour l’hôtel FIESTA AMERICANA MERIDA avec option Fiesta Club.
L’hôtel n’est pas du tout un hôtel typique, nous le savions mais il est vraiment confortable et très bien placé par rapport au centre de Merida. Nous avons bénéficié d’un bon prix donc notre choix a été facile.
Nous avons logé dans une chambre qui ressemblait plus à un appartement comprenant 2 chambres à coucher et une salle à manger. La terrasse était immense….
L’option FIESTA CLUB consistait à avoir accès à un LOUNGE qui servait un petit déjeuner continental le matin, des boissons toutes la journée et des “Hors d’œuvres” le soir. Le tout au 5ème étage loin des restaurants principaux de l’hôtel.

©Nella D

Le 1er soir (le 20/8), nous sommes arrivés vers 19H30 à l’hôtel, bien fatigués par notre longue marche dans la belle ville d’Izamal. Nous décidons d’aller voir en quoi consistent les “Hors d’oeuvre” du soir au Lounge Fiesta Club. Nous avions prévu de sortir manger pas loin de l’hôtel après cet “apéritif”….
Nous avons évidemment changé d’avis en voyant le buffet qui se composait de Tapas variés, fromage, olives, saumon, petits pains farcis ainsi qu’un petit buffets e desserts.
Bien assez pour en faire notre repas du soir.
Je vous l’écris car finalement nous avons fait pareil les 3 soirs, ce qui signifie que parfois en payant un léger supplément, on évite de devoir sortir manger le soir, après des journées bien remplies de visites.

Quelques mots sur MERIDA :

Baptisée du nom de la ville ibérique de la province de Badajoz connue du temps des romains comme la Emerita Augusta, et considérée plus tard comme la Rome espagnole, Mérida, capitale de l’état du Yucatán fut fondée le 06 janvier 1542 par Francisco de Montejo fils. Ce n’était pas, loin s’en faut, la première fois que l’on fondait une capitale au Yucatán : le père Montejo, 15 ans plus tôt, fut forcé de quitter son établissement de Chichén Itzá sous la pression des Indiens. Il retourna en Espagne, reçut une pension royale pour la conquête du Yucatán et se consola en épousant une riche veuve. Mais le temps était du côté des Espagnols. Le second Montejo attendit son heure et lança, de la ville de Campeche qu’il avait fondée en 1540, une seconde invasion. Sa campagne fut exemplaire ; la plupart des chroniqueurs s’accordent pour raconter comment 400 Espagnols déterminés écrasèrent et mirent en déroute les 40 000 soldats indiens bien armés rassemblés autour de la vieille cité maya de Tho ou Tiho. Cette bataille homérique eut lieu à l’endroit précis où s’élève actuellement la Cathédrale de Mérida. Si la conquête du Yucatán fut, de ce jour, assurée, elle prit 155 ans avant d’être complètement achevée, tant était grande la soif de liberté des Mayas.Sa situation géographique en fait une ville au climat relativement chaud (26°C de moyenne sur l’année) mais agréable, qui favorise la nonchalance. La nature est riche et abondante, les jardins frais et de taille agréable ; tout concorde au bien-être et fait de Mérida une ville où l’on aimera séjourner. Les Mexicains l’appellent la cité “blanche” pour sa propreté, qui n’est pas aussi immaculée qu’avant mais qui est encore notable grâce à quelques beaux restes de l’héritage colonial dans le centre-ville notamment. Que vous soyez très pressé, décidé à voir ce que vous pourrez en une heure ou que vous disposiez de tout votre temps, il n’y a qu’une manière possible de commencer la visite de la ville, par le Zócalo, la place de l’indépendance. C’est le centre géographique et un point de ralliement facile puisque toutes les rues sont numérotées au départ de cette place : les numéros impairsdésignant celles qui sont orientées d’est en ouest et les numéros pairs, du nord au sud. Actuellement la ville compte plus de 828 190 habitants (chiffres 2010)

Revenons à nos moutons :  Le Fiesta Americana se situe à un peu plus d’1 km du centre historique de Merida. Ce matin nous décidons de nous y rendre à pied. la température extérieure est de 39°, nous arrivons au centre trempés de chaleur. Pour nous rafraîchir, nous rentrons dans la 1ère boutique climatisée… ça fait du bien…..

Merida est la capitale de l’état du Yucatan, il s’agit donc d’une grande ville avec beaucoup d’habitants. Nous y découvrirons les principaux attraits (Paseo del Montejo, Palacio del Gobernator, la cathédrale, le zocalo,…), y achèterons un HAMAC 2 personnes et un chapeau en toile de jute .Ici aussi nous retrouvons sur la place principale le nom de la ville en cubes de lettres colorées, c’est une belle idée pour les souvenirs photos.

En fin de matinée, nous faisons connaissance avec un local qui nous vante les mérites de sa ville, un “pseudo-guide” bien sympathique qui parlait également un peu l’italien. Nous lui avons dit que nous comptions nous rendre au village de Tixkokob (un centre de fabrication du hamac traditionnel). Il nous a raconté que le village était typique mais que les ateliers hamacs avaient été repris par la “mafia libanaise” donc à éviter. il nous a conseillé la coopérative MUNDO MAYA qui se trouvait à deux rues de là où nous nous trouvions, et expliqué que pour chaque vente, un grand pourcentage était reversé aux orphelinats.
Mensonge ou vérité ???? Peu importe, nous voulions acheter un hamac. Nous voilà donc à MUNDO MAYA, après avoir pris le temps de nous montrer les différents hamacs, les différentes qualités, etc…, nous avons choisi un hamac 2 places sans armatures en bois et facilement transportable pour notre voyage retour. Nous ne regrettons pas notre achat, cet hamac est vraiment de TOP qualité mais nous regrettons néanmoins de ne pas avoir été jusqu’au village Tixkokob, quasiment certaine que le hamac (que nous avons pourtant bien négocié) nous aurait coûté moins que le prix payé (1300 pesos). Je suis bien consciente que le local rencontré juste avant aura été rechercher sa commission….

Lunch en restaurant LA PARILLA, joli cadre mais assez cher par rapport à d’autres (cela reste bon marché bien sûr comparé au prix moyen d’un restaurant en Belgique ou en France…)

En milieu d’après-midi, nous retournons à l’hôtel en bus “camions”, on se repose un peu, on se rafraichit, on passe manger un bout au Fiesta Club et Hop on retourne en centre-ville, cette fois en “Collectivos”, toujours bien pratique et convivial.
Ce soir à Merida c’est la FIESTA, le 21 août est la date de l’Union commerciale entre les mayas et les espagnols.

La ville est donc en fête, un magnifique spectacle de danses est organisé autour de la place principale où des bancs sont placés pour l’occasion. On trouve miraculeusement 2 places et demi (pour 3) et on admire la beauté du spectacle.
Une bonne glace avant de repartir à l’hôtel à pied car plus de colectivos après 23h.

©Nella D

On part par erreur dans la direction opposée à l’hôtel, persuadés que c’est la bonne…Bref on mettra au final presqu’une heure de marche pour arriver enfin à l’hôtel. Pas trop grave, on a digéré et c’est tellement agréable de se balader dans cette ville 

22/8 – J10- Uxmal – Ruines et Choco-story

Après un bon petit déjeuner dans le calme du lounge Fiesta club, nous partons pour UXMAL, situé à environ 1h de route de Merida.

Quelques mots sur le site d’Uxmal :

Uxmal fut le centre économique et politique d’une vaste région à partir de laquelle rayonna le style architectural Puuc. Le mot « Puuc » désigne la chaîne de collines (appelée Sierrita de Ticul) qui traverse d’est en ouest la péninsule du Yucatan. D’autres villes comme KabahSayilXlapak, et Labná s’y développèrent, formant ce qu’on appelle aujourd’hui la « ruta Puuc ». Chaude et aride, cette région souffre de l’absence presque totale d’eau, ce qui explique le culte tout particulier qui est réservé ici à Chaac, le dieu de l’eau. Bien moins connue, Uxmal n’a rien à envier à la célèbre cité archéologique dChichen Itza.

On y découvrira :

La Pyramide du Devin (Piramide del Devino) est l’élément principale de la cité maya d’Uxmal. C’est un temple spectaculaire. Son escalier, dont l’ascension est maintenant interdite, est tout simplement vertigineux. La Pyramide surplombe tout le site et en devient son élément central. Impossible de se perdre, il suffit de suivre le temple pour retrouver la sortie. Dès l’entrée sur le site, ce monument nous coupe le souffle.

Le Quadrilatère des Nonnes (Cuadrangulo de los Parajos) est une immense place située juste derrière la Pyramide du Devin, délimitée par 4 bâtiments. Nous nous posons sur les hauteurs du bâtiment principale pour admirer le panorama. Au loin nous pouvons déjà voir le Palais du Gouverneur.

Le jeu de pelote ou jeu de balle, est beaucoup plus petit que celui de Chichen Itza et ressemble beaucoup plus à celui de Ek Balam. Idéal pour les entraînements.

Le Palais du Gouverneur (Palacio del Gobernador) est un splendide édifice posé sur une énorme plateforme artificielle. Considéré comme l’un des plus « spectaculaire édifice de toute l’Amérique précolombienne » par certains archéologues. Cette immense plateforme est le lieu idéal pour admirer un panorama sur l’ensemble du site d’Uxmal.

A peine franchissons-nous l’entrée du site qu’il commence hélas à pleuvoir….de plus en plus fort…. je soupire parce que visiter un site archéologique sous la pluie c’est vraiment pas top mais je me ressaisis en pensant que c’est notre première averse depuis 10 jours, on ne peut donc pas se plaindre…Août étant déjà un mois propice aux tempêtes tropicales et même aux ouragans, je m’apaise en pensant que nous avons déjà pu profiter 10 jours d’un temps magnifique.
Nous investissons donc dans l’achat de 3 ponchos colorés (on a pris ce qu’il restait), vous pourrez le voir sur nos photos, on rigole mais on ne se moque pas.

En route pour la visite du site d’Uxmal !
J’avais lu qu’il fallait payer 2 entrées, une entrée pour le site même et une entrée municipale…. eh bien belle surprise nous n’avons payé qu’une seule entrée, peut-être à cause du temps, ils ont eu pitié de nos ponchos mdr…
Quel site grandiose, magnifique. Une visite que mon mari attendait avec impatience, ce site vaut vraiment le détour !!! Honnêtement je pense n’avoir pas profité assez de la visite, moi la pluie ça me freine et c’est bien dommage donc j’étais souvent réfugiée sous un temple et j’observais de loin…. C’est aussi à ce moment là que mon iPhone, qui me servait d’appareil photo, m’a lâché et s’est éteint brusquement…coup de chaleur? gouttes de pluie ??

J’ouvre ici une 2ème parenthèse : A notre retour de vacances j’ai porté mon iPhone en réparation, il était encore sous garantie. Hélas et d’après une pastille rouge qui se déclare au contact d’eau, le vendeur m’a signalé que la garantie n’intervenait pas car mon gsm était tombé dans l’eau…. je vous passe les détails de mon énervement car NON il n’est jamais tombé dans l’eau, il s’est juste éteint suite à une forte pluie à Uxmal… selon le vendeur impossible que des gouttes de pluie puissent provoquer ce genre de dégâts, il a donc accusé la femme de ménage de l’hôtel qui l’aurait peut-être accidentellement fait tomber dans son seau d’eau en nettoyant notre chambre….parfois l’oxydation a lieu 24H plus tard….. Vraiment n’importe quoi,….. bref un iPhone c’est vraiment pas solide 

La pluie s’est arrêtée après 1H laissant place à un magnifique soleil et le retour d’une chaleur écrasante (40°), nous profitons de la fin de la visite bien au sec.
NB: nous n’avons pas réservé de guide pour cette visite, c’est Rina qui, muni de son guide papier, nous servait de guide. Parfois nous nous mêlions aux personnes accompagnées de guides (italien ou espagnol) pour compléter notre savoir.

Après toutes ces émotions, nous décidons d’aller manger à Santa Elena (à 13 km). Sur les forums j’avais lu et repéré un chouette B&B “THE PICKLED ONIONS” où l’on pouvait également manger. C’est vraiment un joli endroit bien placé pour visiter Uxmal et les environs, par contre je ne l’utiliserai comme logement que pour une halte d’1 nuit car il n’est pas situé dans un endroit central, impossible donc de se déplacer à pied depuis ce B&B.
Nous avons été très bien accueillis; j’ai pris du poulet Pibil et Rina un Plato Yucatan, Raf est resté plus classique avec un Hamburger et un délicieux Brownie géant au chocolat. Un vrai délice à un très bon prix. Nous avons profité du Wifi du B&B pour appeler en Belgique. Après ce chouette repas, nous avons fait un petit tour panoramique du charmant village de Santa Elena.

Nous sommes retournés à Uxmal où, juste face au site se trouve un musée du chocolat appelé Choco-story (pour les belges il existe un choco-story à Bruges) J’ai donc été très agréablement surprise par la qualité et la didactique de la visite.
Un grand jardin avec plusieurs cabanons retraçant l’histoire du chocolat. on y a également vu des perruches, des cerfs et surtout de très beaux singes que l’on pouvait nourrir. Une petite partie de plaisir La visite se termine par une dégustation de chocolat chaud.
Raf a vraiment aimé la visite.
je la recommande si vous visitez le site d’Uxmal, c’est juste en face et ça vaut la peine. les enfants vont adorer.
Après la visite, on reprend la route vers Merida et là GROS ORAGE, on ne voyait quasiment plus rien, c’est super flippant pour continuer à conduire, j’aurais voulu m’arrêter mais ce n’est pas moi qui était au volant. Heureusement 10 minutes plus tard c’était déjà oublié.
Nous avions prévu de rentrer nous rafraîchir à l’hôtel et repartir vers Merida mais la fatigue vaincra. Nous optons de nouveau pour le Fiesta Club puis cocooning et séries via le Mac dans le lit. ça fait aussi partie des vacances de profiter à 3 d’une jolie soirée au calme d’une chambre d’hôtel.

©Nella D

23/8 – J11- Campeche

Ce matin j’ai de nouveau un petit pincement au cœur de devoir déjà quitter Merida et ce bel hôtel. Je sais pertinemment qu’il y avait encore des choses à faire et à voir à Merida mais il y a des choix à faire donc il est temps de changer de cap.
Juste après un bon petit déjeuner, nous partons donc pour notre prochaine étape : CAMPECHE.

©Nella D

Situé dans la partie occidentale de la péninsule du Yucatán, l’État de Campeche s’étend sur 56 800 kilomètres carrés et, de même que les États voisins du Yucatán et du Quintana Roo, il est presque totalement plat.
Avec ses plages paisibles ouvertes sur le Golfe du 
MexiqueCampeche attire les visiteurs qui cherchent à échapper au tourisme de masse. Sa capitale possède un superbe port colonial, et des réserves naturelles. L’État est très peu peuplé et, avec 40% de son territoire occupé par la jungle, c’est une destination idéale pour les vacanciers qui préfèrent découvrir les « routes secondaires » du Mexique. La capitale de l’État est une ville côtière, coloniale, d’à peine 190 800 habitants. À seulement deux heures et demie au sud de MéridaCampeche est un port captivant, à la riche histoire navale, à l’architecture baroque et à la beauté ancienne. Il a été déclaré Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1999, ce qui a stimulé la restauration des splendides trésors architecturaux de la ville. L’UNESCO a décrit la ville de Campeche comme un « modèle d’urbanisme d’une ville baroque coloniale » où plus de 1 000 bâtiments d’importance historique ont traversé les grands moments de l’histoire du Mexique depuis le XVIe siècle, témoins de la superposition du temps et de l’espace.Après près d’un siècle d’attaques incessantes des pirates français, hollandais et anglais sur la ville, les Espagnols construisirent une importante fortification en 1686. Avec le temps, Campeche est devenu le principal port colonial du Yucatán, grâce à son formidable système de défense, un des meilleurs de l’hémisphère occidental. Ces dernières années, des centaines de bâtiments coloniaux du centre historique ont été restaurés, faisant de la ville l’une des plus photogéniques du Mexique.

À la fin des années 90, environ 1 600 façades de bâtiments furent restaurées. Des demeures seigneuriales hautes de plafond, des balcons superbement décorés et des portes aux arches majestueuses bordent les rues de la ville. Les quartiers résidentiels de San Román, Guadalupe et San Francisco valent particulièrement le coup d’œil. Dans cette très jolie ville de Campeche, vous pourrez vous promener, faire du patin à roulettes ou du jogging sur la promenade du bord de mer restaurée en 2000. Le soir vous pourrez vous promener parmi les canons rouillés réduits au silence qui, par le passé, défendirent le port.

Nous arrivons à Campeche à 13H30 mais notre chambre n’est pas prête. L’hôtel SOCAIRE est vraiment charmant, il s’agit d’une ancienne petite hacienda restaurée. Les chambres sont décorées de façon coloniale avec de jolies céramiques. Il est situé à 5 minutes à pied de la place principale Parque de la Independencia et de la Plaza de la República. Le front de mer Pedro Sáinz est à 800 mètres. La piscine de l’hôtel est très colorée et pratique après une journée de visites.

Nous déposons donc nos bagages et partons à la découverte de cette magnifique ville. De par la position super centrale de l’hôtel, nous n’avons que quelques mètres à faire pour avoir le choix entre une panoplie de petits snacks et restos colorés qui s’offrent à nous. Nous optons pour un lunch léger à FRESH&GREEN, un chouette snack bien coloré aussi où je n’oublierai pas l’excellent jus pressé de papaye, un super remontant vitaminé. 

Découverte à pied des jolies “Calle” colorées et bordées de très hauts trottoirs, … pas évident de ne pas abimer les jantes des autos pour se garer 🙂
Miss catastrophe a encore opéré, n’ayant plus de GSM (voir récit Uxmal), je m’empare de celui de Rinaldo pour immortaliser cet endroit tiré d’un conte de fée… et badaboum il me tombe des mains et se fracasse sur le sol bétonné….. il fonctionne encore mais l’écran est totalement fissuré….

Nous pensions qu’il existait également des petites boutiques de réparation d’écran, comme c’est le cas en Belgique. Je me rappelle donc avoir vu en passant un énorme centre commercial appelé LIVERPOOL. Nous décidons de nous y rendre espérant réparer ma bêtise. Il s’agit d’un centre commercial à l’américaine, énorme, sur plusieurs niveaux et avec de très jolies boutiques. Certes on est loin des artisans du centre de Campeche mais ça change.

Hélas pas d’endroit de réparation d’écran gsm, tant pis, on profitera un peu pour faire du shopping et s’amuser avec Rafaël dans une salle de jeux (pour enfants et ados) où, pour l’équivalent de 10 €, tu testes tous les jeux et tu gagnes des points qui te permettent de repartir avec des cadeaux, des bonbons, …. Après 45 minutes Raf n’avait pas encore épuisé ses 10€….nous on en avait un peu marre, rester enfermés quand dehors il y a des dizaines de choses à voir…. Mais je le recommande en cas de mauvais temps, c’était tout de même une chouette petite heure en famille. On repart du LIVERPOOL CENTER avec quelques emplettes dont la vareuse du Mexique pour Raf.

Retour à l’hôtel, check in et détente à la piscine.
On se rafraîchit un peu et on repart vers le “Zocalo” où nous avons la chance d’écouter un groupe mexicain en plein spectacle folklorique, un régal pour nos oreilles et pour nos yeux aussi. Ça respire la joie, la simplicité…. AU Mexique l’ambiance est présente chaque soir et à chaque coin de rue, les places sont toujours illuminées le soir, c’est vraiment féérique.

J’avais lu à propos d’un chouette resto «la Casa Vieja» en plein centre, nous le testons ce soir et nous ne sommes absolument pas déçus. Tout est vraiment bon et la terrasse du resto (au 1er étage d’un passage à Arcades) donne sur le Zocalo et sur les calèches promenant les touristes éblouis par la beauté des lieux.

24/8 – J12- Campeche

Notre hôtel ne sert pas de petit déjeuner, peu importe, nous avions repéré un local proche de l’hôtel appelé CHOCOL HA.Nous nous y rendons donc, c’est typique et c’est surtout trop bon !! 
Les tables sont en fait des tables de machines à coudre SINGER. Nous y dégusterons de succulentes crêpes sucrées farcies au chocolat.
Comme son nom l’indique, la spécialité du lieu est le chocolat, une vraie tuerie. j’accompagne ma crêpe d’un bon jus frais et pressé.

©Nella D

Après ce bon petit déjeuner (bien copieux), nous parcourons le centre historique à pied, nous émerveillant devant les petites boutiques d’artisanat colorées, la gentillesse et la simplicité des gens que nous rencontrons. Avant de s’arrêter pour un light lunch (on est encore bien remplis de ce matin), nous passons à la banque pour retirer des pesos, bien utiles.
Nous avions dès le matin réservé un tour de ville en vieux tram (ouvert) pour 13H. Ce tour (commenté par une charmante jeune fille en espagnol) nous permet de découvrir des quartiers que nous n’aurions certainement pas découverts seuls. Les commentaires étaient très bons mais c’est juste dommage de les faire uniquement en espagnol…. ce tour est bien utile pour les touristes.

Nous marquons un petit arrêt à l”Eglise du Jésus Noir“.
La représentation du Jésus noir était à cette période et pour 15 jours consécutifs. La croix, détachée de l’autel et posée à l’horizontale de sorte que tout le monde puisse la toucher. Les mexicains sont de base très croyants.

Après ce tour bien utile, nous rentrons une petite heure à l’hôtel nous rafraichir, dehors la température avoisine les 40 degrés. On finira par s’endormir 1 H….
Reboostés nous reprenons la voiture et longeons la côte de Campeche pendant au moins 15 km.
Nous y découvrons plusieurs petits villages plus pauvres mais également de très bonnes poissonneries. Nous passons devant les plus belles plages parsemées de “palapas” où vous pouvez accrocher votre hamac et où il vous est proposé une cuisine locale à base de poisson frais dans une atmosphère relaxante et à seulement quelques enjambées du centre-ville de Campeche.

Nous revenons ensuite sur le “Malecòn” principal et profiterons des infrastructures mises en place pour faire un peu d’exercice physique. Ils y ont installé un genre de salle de sport à ciel ouvert (face à la mer) avec plusieurs machines et 5 km de piste cyclable et de jogging. tout est parfaitement bien entretenu.

©Nella D

Comme c’est agréable de se détendre au son du bruit des vagues….
Le ciel se couvre, il est encore trop tôt pour aller dîner, nous choisissons donc d’aller prendre un apéro au centre commercial. Bon choix car un gros orage éclate (heureusement ça ne dure jamais très longtemps).
Grosse ambiance dans le centre commercial, un chanteur (Cover du célèbre chanteur mexicain Juan Gabriel) s’y produisait, les mexicains étaient bien remontés !

©Nella D

Vers 19H30 nous partons diner dans un restaurant face aux remparts des pirates sur la Calle 10 et qui sert une très bonne cuisine régionale. (Très bons Camarones et poulpe)
On nous offrira comme digestif une genre de Margarita à la cannelle avec le bord du verre imbibé d’épices piquantes. Pas mauvais mais nous n’avons pas l’habitude de ce genre de boissons en Europe….

25/8 – J13- Xixim Mayan hotel – Celestùn

Voilà il est temps pour nous de quitter Campeche pour rejoindre notre prochaine étape : CELESTUN.
Campeche, le souvenir d’une ville vraiment jolie, en bord d’océan, très très propre avec une partie moderne et un vieux centre historique aux ruelles typiques et aux maisons colorées.
Je pense que je pourrais y habiter !
Campeche nous a un peu rappelé certaines villes de Floride mais avec des habitants beaucoup plus souriants !
Juste avant de reprendre la route, nous nous arrêtons dans une boutique sous les arcades du centre-ville pour y acheter quelques souvenirs. Ensite nous déjeunons à l’Italian Coffee (Moka glacé, cacao, expresso et 2 parts de gateau pour nous 3).

Vers 10H3O en route vers Celestun, nous mettrons 3H30 pour y arriver car le chemin passe par de petits villages, pas de grandes routes pour rejoindre le lieu.
Mais chaque village est une belle découverte, partout de belles couleurs, des gens souriants, des églises particulières, la nature et les animaux !!!
Nous traverserons toute une partie de “jungle” en priant pour ne pas tomber en panne sur cette route quasi déserte où la nature a pris le desus sur les constructions humaines.
Les 8 derniers km avant d’arriver à l’hôtel se feront sur une route non goudronnée, autant dire que l’hôtel est vraiment bien isolé.

J’étais impatiente d’arriver à cette étape, nous avions choisi le Xixim Unique Mayan Hotel, un hôtel écologique dont voici la déscription :
Situé dans une réserve naturelle dotée de 5 km de plages privées, le Xixim Unique Mayan Hotel propose des suites luxueuses pourvues d’un accès direct à la plage. Ce magnifique complexe possède 2 piscines extérieures, un spa, un bar, une boutique de souvenirs et une connexion Wi-Fi gratuite.
Inspirées d’un village maya, les suites sont aménagées dans de charmantes cabanes au toit de chaume traditionnel. Elles comprennent toutes une pièce à vivre, une salle de bains privative et une terrasse munie de hamacs donnant sur le golfe du 
Mexique.

Dès notre arrivée nous avons été chaleureusement accueillis par le réceptioniste qui nous a accompagné jusqu’au Bungalow pour nous expliquer le fonctionnement des différents services de l’établissement.
Le bungalow est magnifique : 2 grands lis à baldaquin, une douche vitrée donnant sur la nature luxuriante, une terrasse avec hamac, un toit en paille et le calme…..Une employée de l’hôtel nous apportera un cocktail de bienvenue non alcoolisé, du pur jus de fruits exotique, un délice!Le réceptionniste nous offrira également un petit sac contenant 1 spray anti-moustique et 1 spray protection solaire (bio). Il nous montre également une bombe de spray insecticide Bio et là je comprends que nous en aurons besoin….

Nous passons le reste de l’après-midi à la piscine, grignotant çà et là quelques bonnes entrées préparées et servies avec passion par un employé de l’hôtel qui nous expliquera qu’il dort à l’hôtel 5 jours sur 7 car il habite à 30 km et n’a qu’un vélomoteur comme moyen de transport.
Il a pourtant un grand sourire aux lèvres en nous expliquant tout çà… une grande leçon de vie….
.Pendant que nous profitons d’une belle détente en piscine, un mariage est organisé sur la plage, c’est super romantique !Le soir, effectivement nous n’avons pas envie de nous taper 15 km pour arriver au restaurant le plus proche donc nous dinons à l’hôtel. C’est très bon.

Mais…..malgré notre anti-moustique et des lampes à huile remplies de citronnelle, nous sommes envahis par les moustiques…. On ne les voit pas mais on les sent…. Et on commence à se gratouiller ….De retour dans le bungalow, je me saisis de l’insecticide Bio et je pulvérise tout le contour interne du bungalow et puis les voiles du lit et puis sous le lit aussi. Rina continue de me répéter qu’on va mourir asphyxié si ça continue J mais non c’est bio ah ah ahJ’ai du mal à m’endormir à cause du bruit des lézards qui se promènent sur le toit et celui d’autres insectes et oiseaux nocturnes… tout cela me laisse imaginer que des tas d’insectes se baladent sur nos draps immaculés….Je me glisse sous les draps avec un espace minime pour respirer et je tombe enfin dans les bras de Morphée.

26/8 : J14 – Celestun

©Nella D

A 7H nous sommes naturellement réveillés par le doux bruit des oiseaux. Je m’aperçois qu’un plateau a été déposé sur une étagère accessible de l’extérieur. Il contient du café, du cacao et un cake. Tout cela est bien suffisant comme petit déjeuner. Je n’ose pas descendre du lit, imaginant un tas d’insectes sur le sol. Ce n’est pas le cas mais aux extrémités de la grade baie vitrée je suis surprise de constater qu’il y a une dizaine d’insectes morts donc 2 grosses araignées, certainement asphyxiées par la bombe bio J le produit aura donc été bien efficace !!!

Aujourd’hui nous prévoyons de profiter de la plage paradisiaque le matin et de visiter le village de Céléstun avec une balade Flamingos l’après-midi.
Nous enfilons nos maillots et hop direction la page déserte. Ici pas de tourisme de masse, au contraire auun touriste, la plage est pour nous et on a l’embarras du choix des “Palapas”.
Je m’installe sur un hamac pendant que les garçons courent dans l’eau se rafraichir.
Je photographie ce magnifique paysage en chantonnant de bonheur.

©Nella D

De loin Rinaldo me fait de grands signes et arrive en râlant car il se fait piquer par des moustiques dont la piqûre ressemble à des aiguilles enfoncées dans la peau, c’est apparemment très désagréable.

Je l’asperge d’anti-moustique et il retente sa baignade.
5 minutes plus tard alors que tout est calme j’aperçois un serpent vert qui passe sous mon hamac. Tétanisée, non pas de peur (car je crains plus les tarentules que les serpents) mais plutôt surprise, j’appelle Rina et en l’espace de 3 secondes d’inattention le serpent a disparu.
Rinaldo accourt mais semble incrédule, oui j’ai bien vu un serpent, il doit être sous la chaise longue. Pour me rassurer il déplace délicatement les deux chaises mais pas de serpent.
Où a-t-il bien pu se faufiler en quelques secondes???

Raf et Rina s’installent sur les chaises longues mais sont vite dérangés par les moustiques…je me résigne donc à quitter cette plage paradisiaque pour la piscine où nous admirerons des iguanes se dorer au soleil.
Voilà donc le point négatif de cet hôtel : les moustiques, le réceptionniste nous expliquera que la zone est protégée et classée, ils n’ont donc pas beaucoup de moyens d’éviter ce genre de désagréments….de plus août étant une saison humide, il y en a plus encore….

En fin de matinée nous partons pour le village de Celestun où nous déjeunons dans un restaurant presque les pieds dans l’eau, sur la plage….. la spécialité locale est évidement le poisson, frais, pêché du jour, un délice pour nos papilles!!!
Après une promenade digestive au village (sous une forte chaleur), nous nous rendons à l’embarcadère. Une famille sud-américaine nous propose de partager un bateau de 6 places pour réduire les frais. Evidemment nous acceptons. Le capitaine est vraiment sympathique et nous explique en espagnol les différentes faunes et flores locales. Nous admirerons un banc de flamands roses, quelques beaux oiseaux et meme un crocodile. Nous aurons également l’occasion de nager dans une eau rouge au milieu des mangroves.
Quel beau pays !!!!
Le soir nous retournons diner au restaurant de l’hôtel où nous attendent nos amis les moustiques En rentrant Raf s’amusera à compter ses piqûres : 86 au total…..

©Nella D

Même topo que la nuit d’avant, dur de s’endormir sans crainte qu’un insecte vienne vous dévorer….

27/8 – Route vers Chichen Itza et farniente au Mayaland

Nouvelle étape de notre voyage : CHICHEN ITZA, l’une des merveilles du monde.
Nous sommes excités de découvrir ce site dont on a tant lu avant le voyage…
Rinaldo, passionné par l’histoire, a dévoré plusieurs livres à ce sujet et me servira de guide pendant cette magnifique visite.
Mais avant cela, nous avons prévu un après-midi détente dans la piscine du magnifique MAYALAND HOTEL, reconnu comme l’un des plus beaux hôtels de la région.
Nous y arriverons vers 15H, après avoir traversé les campagnes mayas et plusieurs petits villages et s’être arrêtés pour un bon lunch (comme toujours) dans un restaurant typique de Chichen Itza.

D’abord quelques mots sur l’Hôtel MAYALAND :

Situé au cœur du parc archéologique de Chichen Itza, le complexe-jungle Mayaland Hotel & Bungalows de renommée mondiale possède de vastes jardins tropicaux, 3 piscines extérieures, un bain à remous ainsi qu’un spa proposant des soins.
Construit en 1923, cet hôtel historique a été désigné comme l’un des meilleurs du monde par les magazines National Geographic et Conde Nast Traveler. Il comprend une entrée privée aux célèbres temples de Chichen Itza.
Le Mayaland Hotel & Bungalows propose des chambres, des bungalows et des suites spacieux et climatisés, équipés d’une télévision par satellite et d’une salle de bains avec des articles de toilette gratuits. Certaines chambres offrent une vue sur l’observatoire ou les temples mayas.
L’hôtel dispose d’un planétarium maya et de 4 restaurants qui proposent une cuisine authentique maya ainsi qu’un petit-déjeuner buffet varié. Le personnel indigène maya peut vous aider à découvrir le site archéologique et la culture locale.

N’imaginez pas les grands hôtels américains super luxueux, non pas du tout, l’hôtel est historique, chaque chambre est différente et aménagée avec classe.

Il fait chaud, très chaud…. Nous avons prévu de nous rendre au planétarium maya qui propose moyennant un droit d’entrée un documentaire animé sur chiche Itza et les mayas, mais avant cela quelques plongeons en piscine, on aperçoit même un serpent dans la roche…

28/8 : Chicen Itza et route jusqu’à Valladolid

Une autre des particularités de l’hôtel Mayaland, et qui nous a motivé à le choisir est qu’il se trouve sur le site archéologique et que les clients bénéficient d’un accès direct depuis l’hôtel 1h avant l’ouverture officiel. je peux vous dire que c’est juste extraordinaire !
La veille en cherchant l’entrée de l’hôtel nous étions arrivés jusqu’à l’entrée officielle du site où étaient garés une quarantaine d’autocars et ça grouillait de monde….
Ce matin, juste après un bon petit déjeuner, nous suivons les indications d’accès au site, nos valises restent dans la chambre que nous pouvons garder jusqu’à midi.
En 2 minutes (même pas) nous entrons dans le site, désert….. un vrai plaisir pour les yeux….

Que dire ? cela restera un moment magique du voyage…..L’hôtel Mayaland nous avait coûté 140 euros la nuit pour 3 en chambre “Suite Maya” super spacieuse et avec une vue sur les jardins et un grand balcon. Ce n’est pas donné mais honnêtement cela vaut vraiment la peine d’avoir 1H presqu’en solitaire sur le site de Chichen Itza….car à partir de 10H marchands et touristes remplissent les lieux et ça devient vraiment moins gai…..

Quelques mots sur le site :

Le plus célèbre et le plus fréquenté des sites Mayas du Mexique fait partie de ces endroits qui fascinent et agacent tout à la fois. Grâce à la conception parfaite de son monument phare, El Castillo, et à son observatoire, El CaracolChichen Itzá est une « vitrine » des incroyables connaissances mathématiques, astronomiques, astrologiques et calendaires du peuple Maya. Mais le site est victime de son succès : les bâtiments sont interdits d’accès, pour les protéger de la foule nombreuse qui se presse ici tout au long de l’année.
La pyramide de Chichen ItzàDescription
La pyramide de Kukulkan mesure 55 m de large sur 55 m de long et 30 m de haut. Il y a 9 terrasses superposées en escalier et surmontées d’un petit temple. Il y a quatre escaliers de 91 marches chacun, 364 marches en tout, plus la terrasse du haut, cela fait 365 marches qui représentent chacune un jour de l’année. Elle est construite en un style de construction Toltèque (crâne, aigle, jaguar) mélangé avec le style de construction Maya. Elle est très solide. À la base de l’escalier, il y a des têtes de serpents sculptées dans la pierre prolongées d’un corps ondulé de serpent qui représente le dieu Kukulcan. Le petit temple situé en haut de la pyramide est en fait un autel qui servait à faire des sacrifices. À l’intérieur, dans une crypte, il y a un trône de pierre sculpté en forme de jaguar. En face, de la pyramide il y a un Chac-Mool: c’est une statue représentant un homme assis avec un plateau sur son ventre sur lequel on déposait des offrandes.

Historique
Vers le dixième siècle après Jésus Christ, les Mayas ont été attaqués par une armée de puissants soldats appelés les Toltèques. Ces combattants venus du nord ont pris possession de la ville qui est maintenant le site archéologique de Chichén Itzà. La ville étant détruite, les Toltèques décidèrent de la reconstruire en mélangeant leur style d’architecture militaire (crânes, aigle jaguar) au style Maya. On dit que leur plus belle réalisation serait la pyramide de Chichén Itzà. Celle-ci a été construite pour le dieu Kukulkan, dieu de la pluie des Mayas. Deux phénomènes caractérisent cette pyramide. Premièrement, le jour de l’équinoxe de printemps, soit le 21 mars de chaque année, le dieu Kukulkan (ou Quetzacoalt en maya) descend sur terre provoquant des ombres en formes de serpents ondulants à la base de la pyramide. Deuxièmement, si on se place sur la plate-forme des cônes, devant la pyramide, et qu’on frappe des mains on peut entendre en écho le cri du “quetzal”, oiseau qui représente le dieu Kukulkan chez les Maya.
Ces phénomènes sont-ils le fruit du hasard ? Sûrement pas!
Les autres monuments à voir :
L’observatoire
L’observatoire (également appelé caracol ou escargot en espagnol) fait face à la grande pyramide et permettait aux Mayas d’étudier le mouvement des étoiles dont ils avaient une connaissance très précise. Il permet aussi de voir la planète Vénus attribuée au dieu Kukulcan (dieu principal Maya).
Grand terrain de jeu de balle
Il s’agit du plus grand terrain de jeu de balle de Chichen Itzá qui en compte treize.
Les dimensions exceptionnelles du Grand terrain de jeu de balle de Chichén Itzá amènent les archéologues à penser qu’il s’agissait ici plus d’une cérémonie que d’un sport.
On pense, en s’appuyant notamment sur les grandes fresques en bas reliefs qui entourent le terrain, que lors des grandes fêtes une équipe représentant les forces de l’inframonde (symbolisées par des jaguars) affrontait une équipe représentant la lumière (sous la forme d’aigles) avec une balle en caoutchouc.
Le match pouvait s’étendre sur plus d’un jour et selon les explications des guides sur place, la tête du capitaine de l’équipe gagnante était tranchée par le capitaine de l’équipe perdante. Pour les Mayas, c’était un grand honneur la tête était ensuite empalée dans le mur prévu à cet effet juste à côté du stade de pelote.
Le terrain de pelote présente des caractéristiques acoustiques surprenantes.
Si l’on produit un son (par exemple en claquant dans ses mains) à droite du terrain, on peut entendre 7 échos. De l’autre côté, en se positionnant à la gauche, on peut entendre 9 échos. Les chiffres 7 et 9 étaient magiques pour les Mayas et apparaissaient fréquemment dans les structures des constructions de cette civilisation.
Le temple des guerriers
Le temple des guerriers du jaguar possède des fresques qui relatent la conquête de la péninsule par les Toltèques.
L’entrée du temple (interdit au public) qui est construit sur une pyramide est délimitée par deux magnifiques piliers, posés sur deux énormes têtes de serpents et précédés par un chaac-mool : cet étrange personnage est sculpté dans la pierre dans une position à moitié couchée et reposant sur les coudes, de telle sorte qu’il soutient sur le ventre un plateau destiné à recevoir les offrandes faites au dieu (les cœurs des victimes sacrifiées).
Tout près du temple des guerriers se dresse le temple des mille colonnes, chacune d’elles étant taillée en forme de serpent à plumes.

Voilà quelques unes de nos photos qui parlent d’elles-mêmes :

©Nella D

29 et 30/8 : Valladolid et cénote Xkeken

Nous voilà à Valladolid, quand je pense à Valladolid je pense évidemment à la naissance de mon filleul Angelo. Je me souviens d’un appel de ma soeur me disant qu’ils se dirigeaient vers l’hôpital et que le petit serait bientôt là. J’avais espéré qu’il attendrait notre retour mais qu’importe, j’étais excitée de recevoir la 1ère photo de lui !!!! Quel beau souvenir dans cette ville fascinante.

Valladolid se situe au milieu de la péninsule du Yucatan, entre Rio Lagartos, Tulum et Mérida. Tout comme à Campeche et à Izamal, les rues regorgent de petites maisons colorées, le style colonial est bien présent ! Une ville authentiquement mexicaine!

On y retrouve beaucoup de petites boutiques d’artisanat local, idéal pour rapporter de beaux souvenirs authentiques et à des prix raisonnables.

3 superbes cenotes se trouvent à moins d’une heure de route de Valladolid et bien sûr il est important de signaler que le site de Chichen Itza se trouve à 45 minutes environ (voir 27 et 28/8).

j’ai été charmée par son architecture typiquement coloniale, l’église sur la place centrale, le parc, le kiosque, les rues pavées…

Notre hôtel, Meson de Marques était situé à côté du parc Francisco Cantón, dans une maison coloniale datant du XVIIe siècle au cœur de magnifiques jardin, il dispose d’ une piscine extérieure, un restaurant à la carte et un parking gratuit.

Voici quelques photos retraçants nos 2 journées à Valladolid :

Cenote Xkeken

31/8 + 1/9 : PLAYA DEL CARMEN

Toute bonne chose a une fin évidemment mais il nous reste ces 2 jours de détente avant de reprendre notre vol, le circuit est terminé mais les souvenirs restent.

Pour ces 2 derniers jours j’ai eu l’opportunité via une connaissance dans le tourisme d’avoir un hôtel MELIA THE RESERVE AT PARADISIUS au cinquième de son prix. Alors bien sur nous en avons profité.

Il est clair que ce n’est pas du tout le type de vacances que l’on recherche, ici il s’agissait de luxe, même du grand luxe (Vallet privé pour la chambre, petit déjeuner Sélect, open-bar de haut niveau, restaurant renommé, etc….

Nous avons tout de même eu une surprise de taille : un bébé scorpion dans la chambre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *